Prendre
rendez-vous

Orteils en griffe

Orteils en griffe

De quoi s’agit-il?

Les orteils en griffes sont une atteinte fréquente des orteils touchant principalement les femmes à partir de 50 ans. En fonction de la forme adoptée par les orteils, on parle d’une déformation en griffe ou en marteau, selon les articulations atteintes. Avec le développement des connaissances sur le sujet, cette classification perd peu à peu son intérêt et on s’attache désormais à reconnaître le caractère souple, semi-rigide ou rigide de la déformation, en fonction de la capacité à remettre facilement ou non l’orteil dans sa position normale.

L’orteil est normalement en position d’extension de ses articulations propres et ceci dépend essentiellement de l’équilibre des tendons du pied. En effet, la mobilité des différentes articulations est assurée par des tendons s’attachant sur les phalanges et qui, par leur traction, permettent une flexion ou une extension de chaque articulation. Il s’agit d’un équilibre fragile ou chaque tendon doit être compensé par les autres pour que l’orteil garde sa position normale au repos.

Si un seul de ces tendons est plus puissant ou simplement raccourci, on note rapidement le développement d’une déformation en flexion ou en extension due à la perte de cet équilibre tendineux et une incapacité du corps à compenser la rétraction. La forme de l’orteil dépendra alors du ou des tendons atteints.
La plupart du temps, on notera d’abord une rétraction des fléchisseurs de l’orteil qui vont entraîner une flexion de la première articulation interphalangienne. Dans un deuxième temps peut se développer une déformation de l’articulation métatarso-phalangienne, donc à la racine de l’orteil, qui va entraîner la forme caractéristique de griffe. Dans cette position, l’orteil va être rapidement gênant dans les chaussures suite à l’hyper-appui entre l’articulation interphalangienne et la chaussure et on notera le développement d’un cor (ou durillon), qui n’est au fond qu’un épaississement de la peau pour protéger l’orteil de cet appui (cf Fig1).

Orteils en griffe
  • Fig 1

    orteil en griffe avec rétraction des tendons fléchisseurs et extenseurs. La déformation entraîne un cor sur la partie dorsale de l’orteil (flexion de l’articulation interphalangienne, extension de la métatarso-phalangienne).

La déformation des articulations, premièrement réductible, s’enraidit progressivement et devient de plus en plus difficile à supporter. Enfin, on peut retrouver une luxation de la base de l’orteil qui est la forme la plus sévère et qui entraîne généralement des douleurs sous le pied.

Bien que ces déformations puissent être isolées, elles sont généralement liées à d’autres pathologies. La plus fréquente est l’hallux valgus (oignon) qui entraîne systématiquement une surcharge des orteils avoisinants et facilite grandement la rétraction des tendons des orteils et donc leur déformation. Il existe d’autres sources de griffes d’orteils comme le pied creux, les pieds neurologiques, la polyarthrite rhumatoïde, etc. Le port de talons hauts, le mauvais chaussage, la forme de pied grec (2e orteil plus long que le 1er)  sont d’autres situations facilitant le développement des orteils en griffes, soit suite à une mauvaise position des orteils dans les chaussures soit à une surcharge de l’avant du pied.

Présentation clinique

Généralement, l’appui dorsal de l’orteil dans la chaussure est la première plainte. Lorsque la déformation est rigide, ce cor peut être blessé, former un ulcère voir une infection. C’est un signe d’appel important, en particulier chez les patients diabétiques dont les orteils sont sources majeures de complications.

Lorsque la griffe est importante, il y a une modification de l’appui de la pointe terminale de l’orteil. Normalement, le bout de l’orteil est en charge sur sa partie graisseuse (appui pulpaire). En cas de griffe, l’orteil appuie sur sa partie la plus terminale (appui apical) qui n’est absolument pas prévue à cette effet et entraîne de très importantes douleurs.

Enfin, en cas d’atteinte de l’articulation métatarso-phalangienne, on rencontre souvent une douleur articulaire (syndrome du deuxième rayon) due à l’instabilité de cette articulation. Lorsque cette instabilité progresse, on note le développement d’une subluxation puis d’une luxation complète de la phalange. Cela entraine un appui très important sur la tête métatarsienne et augmente la charge à ce niveau, entraînant une métatarsalgie classique.

Quand voir un spécialiste

Lorsque la griffe entraîne un appui douloureux dans la chaussure ou lorsque l’articulation métatarso-phalangienne devient sensible, il est fortement conseillé de consulter.

On notera le cas particulier des patients diabétiques qui doivent suivre un contrôle régulier de leurs orteils et consulter impérativement en cas de lésions cutanées ou de blessures.

Vous avez des questions ou souhaitez consulter un spécialiste?

PRENEZ RENDEZ-VOUS

Cliquez ici