Prendre
rendez-vous

Tendinopathies d’Achille

Tendinopathies d’Achille

De quoi s’agit-il?

Le tendon d’Achille est le plus large et puissant du corps humain. Il est formé par la réunion de deux muscles : le muscle soléaire profond et le double muscle gastrocnémien superficiel (ou jumeaux). Ils forment à eux trois le triceps sural. Il est responsable principalement de la flexion de la cheville via son insertion directe sur le calcanéum, os formant le talon.

Les contraintes sur ce tendon sont extrêmes et elles peuvent facilement atteindre 8 à 10 fois le poids du corps lors de certaines activités physiques comme la course à pied. Les microtraumatismes sont donc inévitables et la viabilité du tendon est fonction de l’équilibre entre ces lésions et la capacité du corps à les guérir.

Lorsque les atteintes tendineuses prennent le dessus sur leur guérison, le tendon d’Achille s’épaissi et entre dans un état de souffrance chronique. On a longtemps parlé de tendinite du tendon d’Achille. Cette dénomination est fausse puisqu’elle se définit par une inflammation chronique alors que dans ce cas il s’agit plutôt d’une atteinte dégénérative chronique. On utilisera donc plus justement le terme de tendinopathie.

Les causes de cette affection sont nombreuses mais les plus fréquentes restent les lésions de surcharge (sport, professions physiques, etc.) et l’équin gastrocnémien. Ce dernier est défini par un raccourcissement de la partie tendineuse tributaire du muscle gastrocnémien. Ceci entraine de très importantes contraintes sur le tendon d’Achille et force la cheville en flexion. L’équin gastrocnémien est responsable par ailleurs d’un très grand nombre de pathologies du pied et de la cheville.

Suivant la localisation de ces lésions, on parle soit de tendinopathies non-insertionnelles (situées à environ 4-5cm du talon) ou de tendinopathies insertionnelles (situées à l’insertion du tendon d’Achille sur le talon). Ces 2 classes d’atteintes du tendon d’Achille sont d’origines et de traitements très différents et doivent être clairement séparées. En particulier, les tendinopathies non-insertionnelles atteignent jusqu’à 9% des coureurs et sont responsables, à elles-seules, de 5% des fin de carrière d’athlètes professionnels.

Nous traiterons ici essentiellement des tendinopathies non-insertionnelles. Concernant les tendinopathies insertionnelles, vous pouvez suivre ce lien.

tendinopathies intentionnelles et non-insertionnelles
  • Fig 1

    Tendinopathies insertionnelles et non-insertionnelles du tendon d’Achille. Notez bien les localisations spécifiques de ces affections

Présentation clinique

Les symptômes classiques sont des douleurs du tendon d’Achille situées à environ 4-5 cm de son insertion sur le calcanéum. Dans un premier temps, elles disparaissent au repos mais peuvent devenir de plus en plus invalidantes et persister même après l’effort. On note régulièrement une tuméfaction et un épaississement focal qui peuvent traduire une modification structurelle du tendon.

Les ruptures du tendon d’Achille sont très fréquentes et se développent généralement dans un terrain d’atteinte chronique, le traumatisme parfois mineur étant alors le coup de grâce d’un tendon qui souffre, même silencieusement.

Quand voir un spécialiste

Si vous souffrez régulièrement de votre tendon d’Achille ou que la douleur est présente lors des activités physiques, il est fortement conseillé de consulter. Plus la prise en charge est précoce, plus les chances de guérison sont élevées et rapides.

Le diagnostic est posé essentiellement par l’examen clinique. Régulièrement, on proposera une imagerie par échographie ou IRM qui mettent en évidence les lésions du tendon d’Achille et permettent d’orienter le traitement.

Vous avez des questions ou souhaitez consulter un spécialiste?

PRENEZ RENDEZ-VOUS

Cliquez ici