Prendre
rendez-vous

Lésions des sésamoïdes

Bunionette

De quoi s’agit-il?

Anatomiquement, un os sésamoïde se défini comme un os situé dans un muscle ou un tendon. Son étymologie vient du latin « sesamum » : sésame, étant donné leurs formes voisines de la graine de sésame.

Il en existe plusieurs localisations dans le corps humain, comme la patella (rotule) ou au niveau du pouce de la main.

Au niveau du pied, on en reconnaît de nombreuses formes, mais on parle généralement des deux petits os situés sous la tête du premier métatarsien, lorsqu’on évoque le mot « sésamoïdes ».

Lésions des sésamoïdes
  • Fig 1

    Os sésamoïdes situés sous la tête du premier métatarsien.

Ils possèdent plusieurs fonction au niveau du pied :

  • – Absorption des chocs
  • – Rôle dans le support du poids du corps
  • – Fonction de poulie

L’absorption des chocs et de la charge du corps expliquent en grande partie la susceptibilité de ces structures aux traumatismes directs ou chroniques. Leur fonction de poulie, quand à elle, permet d’augmenter l’effet des différents muscles fléchisseurs dont ils sont tributaires et à qui ils servent d’insertions.

Il existe plusieurs types de lésions des sésamoïdes, qui diffèrent généralement par leur survenue ou leurs images radiologiques. On reconnaît principalement :

Sésamoïdite (30%)

Atteinte inflammatoire due généralement à une surcharge chronique.

 

Fracture de stress/fatigue (40%)

Apparaît typiquement suite à une activité prolongée (course, marathon,etc.) ou dans le développement d’une sésamoïdite chronique.

 

Fracture aiguë (10%)

Suite à un traumatisme axial, par exemple (chute, etc.).

 

Arthrose (< 10%)

Souvent liée à un hallux valgus ou une arthrose diffuse du gros orteil.

Présentation clinique

Quelles soient chroniques ou aiguës, les lésions sésamoïdiennes se déclarent toujours par une douleur sous le gros orteil en regard du sésamoïde atteint. La mobilisation de l’orteil peut augmenter les douleurs. Enfin, la présence d’une peau épaissie au niveau de la lésion (=hyperkératose) signe généralement un processus chronique.

La pratique sportive est souvent une source de douleurs importantes, en particulier la course ou les sports d’endurance. On insistera sur le mode de survenue des douleurs et les facteurs aggravants.

Le bilan clinique est toujours accompagné de clichés radiologiques qui permettent, par exemple, de mettre en évidence une fracture. On complétera souvent l’analyse par un scanner ou une IRM, en cas de doute ou si l’on souhaite connaître la viabilité d’un sésamoïde après diagnostic d’une fracture.

Quand voir un spécialiste

Si vous présentez des douleurs sous le gros orteil chroniquement ou suite à un traumatisme, il est conseillé de consulter afin d’éviter le développement d’une pathologie chronique ou d’une aggravation de la lésion.

Vous avez des questions ou souhaitez consulter un spécialiste?

PRENEZ RENDEZ-VOUS

Cliquez ici